Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Archive de "avril, 2011"

Faut-il restaurer la dette des pays périphériques (Grèce, Irlance, Portugal)?

Vendredi, avril 29th, 2011

Au fur et à mesure où les diverses agences de notation (Moody’s, Standard &Poor’s, Fitch) dégradent la note des Etats de la zone euro fragilisés par leur endettement, les investisseurs s’interrogent de plus en plus sur l’éventualité d’une restructuration de leur dette.

Si l’on écarte le scénario d’une «  répudiation » de la dette, évènement extrêmement rare et réservé à des situations historiques exceptionnelles (la plus fameuse étant le rejet des « emprunts russes » après la révolution bolchevique de 1917(1)), il reste de nombreuses façons de traiter une dette, pour l’alléger. On peut décréter un « moratoire » pendant lequel les intérêts ne sont pas versés aux créanciers, permettant ainsi au débiteur de rétablir ses finances, et on peut aussi accompagner ce moratoire d’une suspension du remboursement du principal. En général, une restructuration de dette stricto sensu va jouer sur trois paramètres : la durée de l’emprunt, qui va être étendue (ainsi une dette de 5 ans va être consolidée sur 10 ou 20 ans) ; le taux d’intérêt versé qui peut être diminué ; le montant du capital à rembourser qui peut être aussi amputé d’une partie de sa valeur. Globalement, on sera en mesure de calculer l’équivalent réellement payé de cet emprunt : 50%,60%, 80% ou tout autre chiffre représentant en négatif  la décote subie par le préteur (si le montant total récupéré est de 70%, cela signifie que la décote est de 30%). A partir de là, il faut alors distinguer deux types d’emprunts : les emprunts bancaires et les emprunts obligataires.

Bernard MAROIS – Professeur EmĂ©rite HEC Paris – PrĂ©sident d’Honneur Club Finance HEC

(suite…)

La dĂ©matĂ©rialisation de la gouvernance d’entreprise

Jeudi, avril 28th, 2011

Dans ce titre se trouve un concentrĂ© de mots Ă  la mode que l’on associe pourtant peu a priori. DĂ©matĂ©rialisation suppose une rĂ©pĂ©tition pour de multiples occurrences de processus documentaires similaires qui dorĂ©navant se passent peu ou prou de papier : l’Ă©mission ou la rĂ©ception de factures est l’exemple idĂ©al, avec ses implications.

Une dĂ©matĂ©rialisation des factures Ă©mises est sans doute plus critique chez un VPCiste B2B que pour un vendeur d’avion long-courriers ou de centrales nuclĂ©aires. De mĂŞme, une dĂ©matĂ©rialisation des factures reçues prĂ©sente un intĂ©rĂŞt pour une GMS, mais le ticket de caisse qui tient lieu de facture n’est sans doute pas prĂŞt d’ĂŞtre dĂ©matĂ©rialisĂ©.

Alors quid de la gouvernance ?

Laurent LELOUP – CFO News

(suite…)

GĂ©nĂ©ration Y : enjeux et mode d’emploi

Mardi, avril 19th, 2011

La Génération Y également appelée Génération Internet désigne les professionnels âgés entre 25 et 35 ans, des actifs qui ne partagent pas forcément la même approche de l’éthique au travail ni les mêmes objectifs de carrière que leurs aînés.

Les enjeux du management intergénérationnel

Si en anglais, la lettre Y se prononce « why », il est certain que la Génération Y veut savoir « pourquoi ». Ainsi dans le monde de l’entreprise en général, et dans le secteur de la finance en particulier, un salarié de la Génération Y éprouvera des difficultés à exécuter une tâche s’il n’en comprend pas l’utilité ou la raison. Il a besoin de comprendre la valeur de son travail pour se sentir engagé et motivé.

Laurent LELOUP - CFO News

(suite…)

OU VA LA ZONE EURO ? Suite…

Jeudi, avril 14th, 2011

Dans mon précédent éditorial, j’ai évoqué les erreurs de construction de la zone euro et les 3 dispositions qui doivent être mises en place pour résoudre la crise actuelle, qui sévit depuis environ un an et qui a frappé successivement la Grèce, l’Irlande  et le Portugal, avec quelques craintes supplémentaires concernant l’Espagne. Ces propositions, à établir en parallèle visaient : une accélération de l’Union Economique et politique ; un renforcement de la convergence, en particulier fiscale et budgétaire (1) ; l’adoption de mécanismes de prévention et de résolution des crises. C’est ce dernier point que je vais essayer de préciser.

Bernard MAROIS – Professeur EmĂ©rite – PrĂ©sident d’Honneur Club Finance HEC

(suite…)