Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Quasi monopole des grands groupes industriels sur le marché de l’industrie manufacturière en France

Les entreprises françaises appartenant à de grands groupes industriels dissuadent leurs concurrents d’entrer sur le marché.

Selon une récente étude* de Cass Business School, la création et l’entrée de nouvelles entreprises en France sur le marché de l’industrie manufacturière est entravée quand ces marchés sont dominés par des entreprises appartenant à des groupes industriels financièrement puissants. Avec pour conséquence  un possible manque de compétition sur ces marchés.

Les groupes industriels disposant de larges trésoreries peuvent en effet activement transférer des liquidités à travers leurs filiales et adopter des stratégies que les entreprises concurrentes ne pourraient soutenir.

Laurent LELOUP – CFO News by FINYEAR

L’équipe de chercheurs de Cass Business School, conjointement avec des partenaires européens, a examiné 70 000 entreprises françaises entre 1995 et 2004, dans le secteur de l’industrie manufacturière. L’étude montre que sur les marchés manufacturiers, les entreprises avec les plus grandes parts de marché font partie, dans la plupart des cas, de groupes industriels.

Le Docteurr Giacinta Cestone, membre de l’équipe de recherche et professeur associé à Cass Business School, explique le mécanisme:

« Beaucoup de groupes industriels disposent d’un marché de capitaux interne par lequel ils redistribuent les liquidités à travers leurs filiales. Ces marchés internes sont particulièrement actifs lorsque les conditions de financements externes sont difficiles, ou lorsque les filiales doivent faire face à de nouveaux concurrents.

Notre étude montre que cette possibilité de redistribution de trésorerie procure à ces entreprises un avantage compétitif non-négligeable par rapport à leurs concurrents. En effet, le taux d’entrée d’entreprises sur un marché est significativement plus bas lorsque ce marché est dominé par des entreprises soutenues par des groupes industriels avec de larges trésoreries. Ceci semble donc bien indiquer que les nouveaux concurrents sont dissuadés d’entrer dans certains marchés à cause de la puissance financière des entreprises affiliées à ces groupes. »

Pour résumer, les parts de marché d’entreprises sont considérablement plus grandes lorsque celles-ci sont soutenues par des groupes industriels financièrement puissants. En particulier, lorsque ces entreprises opèrent dans des secteurs où l’accès au financement externe est important pour rivaliser avec ses concurrents. La possibilité d’accéder à la trésorerie de l’ensemble du groupe augmente ainsi non seulement l’avantage compétitif de l’entreprise mais aussi la perception qu’en ont leurs concurrents.

*The Deep-Pocket Effect of Internal Capital Markets (2010), by X. Boutin, G. Cestone, C. Fumagalli, G. Pica, and N. Serrano-Velarde.

Laurent LELOUP – CFO News by FINYEAR

Répondre à ce commentaire

Vous devez être connect pour déposer un commentaire.