Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


>> Social

Les Entretiens de l’AcadĂ©mie

Lundi, mai 13th, 2013

L’AcadĂ©mie vous propose de consulter les derniers Entretiens enregistrĂ©s :

- Jeanne-Marie Prost, MĂ©diatrice nationale du crĂ©dit aux entreprises, prĂ©sente les actions de la MĂ©diation…

- Alain Pons, PrĂ©sident de la Direction gĂ©nĂ©rale de Deloitte France, revient sur la rĂ©forme de l’audit…

- William Nahum, PrĂ©sident de l’AcadĂ©mie, interviewe Michel Prada, PrĂ©sident du Board of Trustees de la Fondation IFRS, sur le thème de la normalisation comptable internationale publique…

Pour visualiser les Entretiens

Les Entretiens de l’AcadĂ©mie…

Mardi, mars 12th, 2013

Les Entretiens de l’AcadĂ©mie sont de courtes sĂ©quences vidĂ©o disponibles en libre accès, offrant les meilleures expertises et analyses de l’actualitĂ© et des problĂ©matiques techniques qui vous concernent : la crise financière, la crise de l’euro, l’Europe, la dette publique, le rĂ´le des agences de notation, la notation de la France, le rapport France/Allemagne, Bâle III, la rĂ©forme de l’audit, la normalisation comptable internationale, la finance islamique, l’investissement de long terme, la dĂ©matĂ©rialisation, les innovations des collectivitĂ©s territoriales…

DĂ©couvrez le dĂ©cryptage de Michel Prada (IASB), Philippe Messager (AFTE),  Paul-Henri de la Porte du Theil (AFG), Philippe Tibi (AMAFI), Philippe Audouin (Eurazeo), JĂ©rĂ´me Haas (ANC), Olivier PastrĂ© (Ă©conomiste), Michel Aglietta (Ă©conomiste), Didier Marteau (professeur ESCP), Philippe Dessertine (Ă©conomiste), Jacques Richard (professeur), Carol Sirou (Standard and Poor’s), Jean Pisani-Ferry (Bruegel), Jean-Paul Betbèze (CrĂ©dit Agricole), Agnès Benassy QuĂ©rĂ© (CEPII)…

Consultez les derniers Entretiens…

De nouveaux Entretiens seront mis en ligne dans le courant du mois d’avril 2013…

Les Entretiens de l’AcadĂ©mie

Lundi, janvier 9th, 2012

L’Académie vous propose un nouveau rendez-vous « Les Entretiens de l’Académie ».

Ces Entretiens, courtes sĂ©quences vidĂ©o disponibles en libre accès, vous offrent les meilleures expertises et analyses de l’actualitĂ© et des problĂ©matiques techniques qui vous concernent : le rĂ´le des agences de notation, la notation de la France, l’avenir de l’Europe, la crise de l’euro, la dette publique, le rapport France/Allemagne, la rĂ©forme de l’audit, la normalisation comptable internationale, le capital immatĂ©riel, le contrĂ´le interne, la maĂ®trise des risques, lĂ© dĂ©matĂ©rialisation, les innovations territoriales, …

Pour consulter les Entretiens de l’AcadĂ©mie : www.lacademie.info

L’Europe et la thĂ©orie du « passager clandestin »

Vendredi, octobre 1st, 2010

 Le « passager clandestin », comme le terme l’indique, est celui qui bénéficie d’une situation favorable, sans avoir à payer le prix. Par exemple, une catégorie professionnelle obtient des avantages financiers, à la suite, d’une manifestation : ceux qui sont restés à la maison tireront le même parti de cette décision que ceux qui auront manifesté, sans en avoir les inconvénients (perte d’une journée de salaire, participation à la grève, etc.) : ce sont des « passagers clandestins ». De même, lorsqu’une entreprise en difficulté voit l’arrivée de fonds d’investissement spécialisés qui vont remettre la société à flot, en pratiquant une politique de réduction des coûts et en changeant le management, on peut considérer que les actionnaires individuels vont profiter de ce retour à meilleure fortune, sans avoir à effectuer le moindre effort : ils sont en quelque sorte des « passagers clandestins ».

Mais ce statut n’appartient pas uniquement aux particuliers. Certaines entités peuvent également en bénéficier. Ainsi, dans le secteur bancaire, le principe du « too big to fail » est une version spécifique de la théorie du « passager clandestin ». En effet, une grande banque pourra tirer parti d’opérations à risque qui en général procurent une plus grande rentabilité ; si le risque se matérialise, l’Etat interviendra et l’aidera pour éviter qu’elle fasse faillite et provoque une panique ou un risque « systémique ». L’illustration en a été donnée par les grandes banques américaines ou européennes qui ont été renflouées par les Etats, au moment de la crise des « subprimes ».

 Bernard MAROIS – Professeur EmĂ©rite HEC Paris – PrĂ©sident du Club Finance HEC

(suite…)